lundi 5 septembre 2011

Goldfish in a bowl


Je me souviens encore des embrassades ce vendredi 10 juin, le festival du lendemain et les grasses matinées qui suivirent. Le concert de Philippe Katerine, Harry Potter et la ballade en canoë sur l'erdre, les longues journées à Saint Brieuc et la semaine dans l'Aveyron. Toutes ces villes que j'ai visitées, le feu d'artifice de Belcastel. Le passage en Vendée, la bataille d'oreiller dans la chambre, le self et les chichis à 1 heure du matin. La brève discussion avec Arnaud Cosson sans savoir qu'il était connu, et sa répétition au dessus de mon épaule. La glace qui tacha mon tshirt, le départ pour les Alpes, les deux semaines la bas. Les animations, et le fait d'avoir du chanter Elle m'a dit devant tout le monde, ainsi que l'égratignure a grands coups de chaise sur ma cheville. La tartiflette. Les parties de baby foot et les randonnées. Le rafting. La musique qui me réveillait le matin. La tempête d'Aout et les orages de Juin.
Je me souviens de tout. Et ce lundi, 14h, tout ca ne devient définitivement qu'un vieux souvenir. Assise dans la salle 108, je regarde les aiguilles tourner, comme si je venais d'ouvrir les yeux après les avoir fermé pendant une fraction de seconde. Comme si ces trois mois n'étaient qu'en fait le fruit de mon imagination. Me revoilà dans une salle morbide, en face d'une année qui, je le sais, s'annonce catastrophique.

Alors, pour se remonter (Un peu) le moral. En plus le clip est supergénial.


4 commentaires:

Alissia A. a dit…

J'ai un boitier spécial pour l'eau. J'ai lu ton texte et je dois avouer que ce matin pour ma part fut très dure, en rentrant j'avais déjà mal à la tête, et en cours j'avais du mal. L'éco c'est pas pour moi. ça c'est bien passé toi?

Alissia A. a dit…

J'ai vu l'emploi du temps de mes amies en S, tu es courageuse! Oui je suis en ES. Cette journée m'a épuisée. 3 mois de vacances c'est trop long, on perd toutes nos connaissances (enfin pour ma part).

Mojo Jojo a dit…

Ah la rentrée! Avoir un peu peur, puis le nouveau cartable, puis retrouver ses copains, puis avoir envie d'en finir, et puis bien plus tard, beaucoup d'années plus tard, se demander où tout cela a bien fichu le camp. Profite-en bien, même si c'est chiant (ouah ce n'est pas si terrible, c'est pas le bagne quand même).

Now Leinster. a dit…

Année catastrophique ? Pourquoi ça ? :o